Les Yeux du Monde.

02 octobre 2007

Quelle idée de vouloir allez en Inde par la route!

Mon ami Jean-Pierre et moi, nous nous sommes retrouvé en gare de Nice, prêt a affronter le monde, jusqu'en Inde!
Pour l'instant, nous étions dans un wagon tout noir, dans un froid de septembre- avant l'électricité de la locomotive- et que pour la direction de Milan.
Il fallait rejoindre l'Orient Express à Milan pour nous amener à Istambul! Je connaissais Istambul, mon copain pas.
Jean-Pierre avait 10 ans de plus que moi, mais je l'avais convaincu de partir en Inde avec moi, les mains dans les poches, et quelques sous cachés sur soi! J'avais fais coudre une poche intérieure sur mon blue jeans par ma grand-mère, où je mettais tout mes sous et surtout mon passeport. Pauvre grand-mère qui avait peur, de ce qu'il pouvait m'arriver!
J'avais 20 ans et nous étions donc en 1973.

Posté par Attilus à 00:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Je voulais une rupture!

Je venais de passer mon bac, et de finir une première année de philo en fac. Mauvaise année, où j'avais pas eu toute mes Unités de Valeurs. Je fantasmais sur l’Inde ! J’avais beaucoup étudié la pensée Orientale. J’étais fort là dessus. Donc, je mis dans mon sac, des ouvrages d’Aurobindo, d'Eluard et aussi l’Être et le Temps d’Heidegger. Je revins qu’avec Heidegger; ce livre fît l’allez retour Katmandou/Nice.

Posté par Attilus à 00:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Que dire de Milan ?

Arrivés à Milan, après avoir eu le compartiment pour nous seul, où nous avions pu nous allonger,  on attrapa « l’Orient Express ». A cette époque,  ce n’était que deux wagons miteux qui continuaient jusqu'à Istambul, bourrés de travailleurs immigrés Turc, revenant d'Allemagne. 
Milan! Le Dôme, la grisaille, le froid, l’humidité…mais surtout, la gare centrale; imposante, énorme, carrée, massive, Mussolienne, Totalitaire. Chef d’œuvre d’architecture fasciste.

Posté par Attilus à 19:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2007

Venise.

Je connaissais déjà la ville. Mais comment ne pas faire une halte, dans ce rêve fait cité.Avec mon copain, sur la place Saint Marc, on est monté au sommet de la tour « Il Campanile » qui domine toute la Sérénissime, lumineuse ce jours.

Et là, je me pris pour Marco Polo : « Vaste Orient, me voici » !

Je me retrouvais, quelque heures plus tard, à nouveau coincé entre deux Turc bien rustiques, avec en face de moi, mon copain Jean-Pierre, dans la même situation. Il rigolait lui, dans ces « beaux wagons" de seconde classe de l’Orient Express, en route pour la traversée de l’ex Yougoslavie…

Posté par Attilus à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2007

L'ex Yougoslavie!

Ce n'était pas difficile d'entrer en Yougoslavie. Montrer nos passeports de français suffisait. C'était mon deuxième "Orient Express"...J'avais fais seul, le même trajet l'année précédente. Que pour 15 jours. Nice-Istambul allez retour en train coûtait 400F. Je ne m'en étais pas privé avant ma première année de fac!

Mais ce second voyage, devait me conduire au delà du Bosphore.Rien d’extraordinaire, dans cette seconde traversée de la Yougoslavie. Je restais toujours coincé entre mes deux Turcs, quelque peu primaire…
Je préfère raconter ma première traversée de la Yougoslavie, c’est plus rigolo !

Posté par Attilus à 20:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Zagreb, une année précédente!

A cette époque, je ne savais pas, si j’étais en Serbie ou en Croatie. J’étais en Yougoslavie.

J’étais monté dans un des deux fameux wagons à Venise. Là, je rencontrais deux Suisses. C’était des sacrés voyageurs. Ils avaient aménagés  les supports des bagages Italiens, comme couchage pour eux ! Ils couchaient en haut, moi en bas, tranquille. Ils avaient une certaine herbe compressée, qu’ils me firent partager.
Je voyais à la sortie de Venise, des marécages et encore des marécages..

Posté par Attilus à 22:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cette année là, à Zagreb!

Avec mes deux tits Suisses j’arrivais à Zagreb !
On avait deux heures, avant d’être « propulsé » vers Istambul.
Je voulais voir la ville, eux pas.
Je sortis du wagon - en attente de locomotive - et je me retrouvais bien sûr dans le gare de Zagreb !
Là, sur un kiosque à journaux, je vis une photo, un poster d’une fille nue.
Je me dis chouette, un pays civilisé !
J’avais faim.
Je sortis de la gare. Il y avait un restaurant. Ce resto présentait de bons plats ! Mais comme dans une cantine, une sorte de snack. Je me fis remplir une assiette pleine d’une sorte de Daube avec des frites.
Ce fût excellent.
Mais, il a fallut manger debout ! Incroyable, un restaurant où on peut pas s’asseoir. Que des postes hauts ! Pas de sièges. Où suis-je ? Je sortis de ce  « resto », et je vis dans la grisaille du moment, une espèce d’avenue toute grise…
Vite je revins à la gare, où je retrouvais mes deux tits Suisse.
Je fis cette première traversée de la Yougoslavie avec eux. Ils achetèrent de l’alcool de pruneaux, excellent. Moi de la bière,  mais elle faisaient 14/16 degré !
Youpi ! En avant !

Posté par Attilus à 23:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 octobre 2007

La Bulgarie: Sofia

Retour au présent, surtout retour assis entre les deux Turcs.
Dire que je fis, cette année là, Venise-Istambul assis, mort de fatigue et de sommeil, ne pouvant dormir que la tête sur les genoux, pas moyen de s'allonger!
L'entrée en Bulgarie -ce n'était qu'une transition- s'effectuait par la simple présentation de son passeport à des douaniers armées, qui avaient des casquettes dignes, de grands amiraux de la flotte de l'URSS. N'oublions pas, que la Bulgarie faisait intégralement partie de l'empire soviétique..Dans la gare de Sofia, les deux wagons de cet "Orient Express", " étaient mis de côté sur une voie à part, durant 2/3 trois heures.
L'année précédente, jouant toujours les Tintin, j’ai voulu me dégourdir les jambes et explorer une gare «communiste».
Je me retrouvais avec une mitraillette braquée sur mon ventre, et un garde vociférant!
Et hop, vite dans le train, et dodo !!!

Posté par Attilus à 19:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 octobre 2007

Entrée en Turquie pour la seconde fois !

Je retournais en Turquie, mais cette fois pour aller plus loin.
Le train, avant de s’arrêter définitivement dans la gare centre d’Istambul, parcourait au ralentit toute une série de petites gares. Nous sommes donc, entré à Istambul tout doucement. Dans ce moment, mon compagnon de voyage, Jean-Pierre, regardant cette banlieue d’Istambul, déclara avec provocation: « Ils sont moins pauvre qu’au Maroc ! »
Allions nous faire, un match, à celui qui a visité le pays le plus pauvre ?

Posté par Attilus à 21:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Arrivée à Istambul !

Au bout de trois jours, trois nuits de train, dans des conditions inconfortables, on pouvait arriver à Istambul pour quelque chose comme 200 F, 30 Euros…
Je guidais mon copain Jean-Pierre vers un hôtel que je connaissais. Après, on alla au Pouding Shop, snak/resto/café, temple des routards en face de la Mosquée Bleue et de Sainte Sophie.
Sur les murs du Pouding, il y avait toujours les mêmes indications, les mêmes inscriptions hypocrites qui firent la « gloire » du film  Midnight Express : « 100 gr un an, 1000 gr 10 ans »….
Je préfère, revenir à mes souvenirs, un an auparavant !

voyage_part_1

Posté par Attilus à 22:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 octobre 2007

Le temps d'un rêve.

Une année auparavant, j’étais seul à Istambul !
Je rejoignis ce fameux café d’Occidentaux le Pouding, qui par le bouche à oreille, était connu par tous les routards de la planète. Je fis là connaissance de deux américains, et on décida d’aller visiter la Mosquée Bleue (Temple de l’Islam). En traversant la place, je regardais attentivement un de mes deux compagnons, il portait des cheveux très longs, il était aussi grand que moi (1m, 88) et marché très droit, très dignement. Je regardais son visage et je lui trouvais un air asiatique. Je pensais donc, que c’était le fruit de l’amour d’un GI au Vietnam.Tout en traversant cette place qui n’en finissait pas, je n’ai pu que répéter cette stupide question : « Where do you come from ? »Il me répondit avec orgueil et brutalité : «  I am American, I am Apache ».

Hein ? Quoi ? C’est un Indien Apache !Je fis donc ma première visite de mosquée, ma première visite à la mosquée bleue d’Istambul avec un vrai Apache !

Lorsque nous pénétrâmes dans le lieu, nous fûmes éblouis. C’était la nuit, et seules les lumières de la mosquée scintillaient.

mosquee_bleue

Posté par Attilus à 00:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mémoire d’un songe vrais !

Cette année précédente, j’étais toujours seul à Istambul. Ce n’était pas marrant.
Je retournais au Pouding, et là, chouette, je rencontrais deux français. De vrais roublards, tortueux à souhaits ! On décida de prendre un bain Turc. On trouva un vrai bain Turc. Avec une multitude d’étapes à parcourir, dans différentes salles construites en marbres; diffusant  de la vapeur, de la chaleur, de l’eau froide…
C’était fantastique ! Nous étions à poils, avec une simple serviette enroulée autour du bassin, dans des lieux qui pouvaient dater d’avant J-C.
Puis un Turc me proposa de me masser ! Heu !...Mes copains rigolaient. Comme ils étaient là pour me sécuriser, j’acceptais.
Je me retrouvais plaqué sur une table de marbre, avec un type très fort qui me martyrisait par des frappes et des pressions fortes. C’était le massage à la Turc! Mes compères y passèrent aussi ! Pas terrible ce massage, on avait l’impression d’être passé dans un concasseur: frappes, poussées à deux bras, sortes de coups de poings... Heureusement notre masseur avait su garder ses instincts.
Enfin, tout beau, tout propre on retourna au Pouding pour manger.
On fit ainsi, la connaissance de jeunes Turcs à qui on posa la question : «  Où sont les filles ici ». Nous étions vraiment naïfs ! Ils répondirent, pas de problèmes, venaient avec nous.
Ok ! Go, avec les copains Turcs.
Le soir tombé, on fit le tourné des grands cafés d’Istambul. On fit une grande consommation d’Arak. Une sorte de pastis, mais beaucoup plus fort. Hé, hop, hop !
Je me souviens (à peine) sortant du café, interpellant les copains Turcs: « Où sont les nanas ? ». Je pensais qu’ils allaient nous présenter des copines à eux ! Ils répondirent: « viens ». Oki, oki...
J’arrivais dans un drôle d’endroit. Avec des hommes alignés vraiment tout droit, dans une file d’attente interminable. C’est quoi ce truc ? Je compris, merde, c’était un bordel ! Ayant enfin réalisé, je remontais toute la file d’attende, et je vis « les merveilles » de tout les désirs. C’était des femmes grosses, énormes, adipeuses, dignes des films de Fellini. Je fus stupéfais, et j’éclatais de rire.
Mes copains français et turcs m’attrapèrent, pour ne pas faire d’histoire, et nous sortîmes.
On alla en boite sur l’autre rive du Bosphore. On payait tout aux Turcs, ils n’avaient pas de sous. Dans ce Nigth Club, il y avait une fille qui faisait la danse du ventre. La fille disparue, plus de nana. Et bien, on fit la fête, entre français complètement bourrés.
La boîte devait fermer, il fallait retourner sur l’autre rive du Bosphore, à 4/5 h du mat, et on remercia nos amis turques.
Ce fût magique, on traversa, à pied, une bonne partie d'Istambul, sous la neige.
Il fallait parcourir Galata Bridge (le plus vieux et le plus beau pont d’Istambul), pour retrouver notre hôtel, dans un désert total, dans une ville habituellement si bruyante. Un silence totale, absolu.
Il tombait beaucoup de neige, filtrée par les chatoiements des luliminosités du pont.
Ce fût magnifique que de traverser Galata Bridge sous cette neige, à la fois sourde et scintillente.
Ce fût magnifique que de voir la neige tomber sur tout Istambul illuminé; car la nuit, Istambul est une vrais ville lumière...
L’Orient gardait ses prémisses de rêves.

250px_Galata_bridge_2006_3 galata_bridge

Posté par Attilus à 22:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2007

Retour vers le présent, définitivement: visite de Harem.

Mais toujours à Istambul.
Mon copain Jean-Pierre farouche défenseur de ses parcours, me dit : « Tu n’es pas allé plus loin ». Je dis oui.
On acheta des billets de cars pour Téhéran: 100 F, pour l’époque, moins de 20 Euros. Vraiment rien, pour l’immensité du parcours : Istambul/Téhéran.
En attendant le départ, on visita la ville, et surtout Topkapi.
Topkapi  est le musée du Palais des Sultans à Istambul. Un palais fantastique avec milles trésors.
On vit la « salle de  séjour » du Sultan, un espace fastueux, avec un vieux piano Steinway inscrutés de merveilleuses dorures. Le guide d' un groupe déclara que le Sultan pouvait avoir jusqu’à 600 femmes !! Cool !...Ce qui m’impressionna le plus, ce fût la « chambre » des eunuques. Des niches, comme dans les catacombes que j’avais vues à Rome.
Au centre, de cet allignement de niches un gong énorme, pour les réveiller, au rythme leur vie.

Posté par Attilus à 22:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2007

En avant pour Téhéran, pour l’Iran.

Il fallait obtenir un visa. Donc, nous dûmes patienter, toujours à Istambul. Connaissant la ville, je guidais mon compagnon de voyage, Jean-Pierre dans la ville. Je voulais lui montrer cette fameuse Mosquée Bleue.
Lorsque que nous fîmes irruption dans cet univers, dans ce merveilleux  espace, c’était un jour de prière. Il y avait des centaines de personnes en génuflexions; je fis signe de reculer, de sortir pour laisser les gens en paix ; nous occidentaux athées, nous devions pas être dans ce lieux, à ce moment. Mais là, un Turc me fît signe de venir auprès de lui. Je ne voulais vexer personne, et je m’avançais. Nous fûmes acceptés lors de cette prière, dans un respect mutuel. A la fin de la cérémonie, un mollah nous montra les coins et les recoins de la mosquée. Surtout, la direction de la Mecque, marquée sur un espace de la mosquée.
Je le répète, tout cela ce fît en toute amitié. Jamais, jamais, du Sud Marocain au Népal, en traversant l’Afghanistan et le Pakistan, je n’ai eu en tant qu’athée occidental, de conflit avec des croyants  musulmans.
On obtint nos visas.
On monta dans notre car pour Téhéran. Il y avait notamment deux Japonais, l’un grand et l’autre petit; on en fit des copains.
On traversa le Bosphore, sur cet immense pont moderne qui enjambait l’Orient et l’Occident.
Toujours dans une lumière éclatante.

images

Posté par Attilus à 20:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2007

Istambul/Ankara.

Rien de spécial!
Ankara est la Capital politique de la Turquie comme chacun peut le savoir.
Atatürk, le père de la Turquie moderne avait voulu éloigner -avec juste raison- la capitale des frontières.
Mais cette année là, on était dans un sacré bled.
turquiepop_copie

Posté par Attilus à 19:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2007

Ankara/Erzurum

Sans problèmes!
Avec ces défilés d’arbres  majestueux  dans les plaines de la Turquie centrale; ces arbres frissonnaient d’un hiver à venir....
Lorsque l’on fît halte à Sivas, c’était pour se lever à 5 h du matin, avec d’autres occidentaux qui partaient chasser l’Ours !
Nous, ne partions en chasse que pour nos rêves!
Et hop! Encore une journée pour arriver à Erzurum

turquiepop_copie2

Posté par Attilus à 00:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 octobre 2007

Erzurum.

La fin du Monde! (Prononcer Erzouroum) 
Heu, enfin…. ! Une extrémité géographique, le point de basculement entre l'Europe et l’Asie, entre l'Orient et l'Occident ; une ville aux apparences sauvages, brutales, nichées au Sud du Caucase, avec des types humains aux attitudes instinctives, rustiques; le tout imprégné d’une nuit dès plus obscure et dès plus froide: bref,…un endroit à ne pas vivre !

Posté par Attilus à 19:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2007

Erzurum: géopolitique dans les toilettes.

Les toilettes à la Turc bien sûr!
C’était la queue devant les WC, toujours vers les 4/5h du mat. Bon ! On avance?
Le "titulaire" des lieux sortit et demanda au type qui me précédait: « Muslim ?». Le collègue devant moi répondit, « oui ». Et, ils fraternisèrent.
C’était donc, le « sortant », un musulman; un homme, qui par conviction faisait mon trajet à l’envers, étant donné son turban, ses habits. J’étais rassurais, dans ce lieu de « bêtes sauvages »; il allait à la Mecque, ce type ! Cool.
Mais comment, pouvait on faire mon trajet à l'envers ?
Comment pouvait on être Persan, ou Afghan, ou Pakisthanais  ?
J'allais le savoir.

Posté par Attilus à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Erzurum/Téhéran.

Un seul saut en bus: une nuit, et presque deux journées.
On traversa le Sud du Caucase durant la nuit. Ce fût long. Très long. Du Sud Caucase, pas bien loin du Mont Ara rat,  je ne me souviens que d’une route, tortueuse, dangereuse tracée dans des rochers, des gorges et des torrents.
Durant ce périple, Jean-Pierre et moi, pour passer ce temps interminable, nous jouâmes à un jeu idiot. Qui est qui, qui est quoi !? Des français, dans l’autocar avaient compris ce « jeux » Ils nous qualifièrent de « boys scout ». ..
Mais nous pûmes dormir plus tôt qu’eux.
Je ne me souviens pas comment, on passa cette frontière Turquie/Iran. Mais on se réveilla peut avant Tabriz en Iran.
Une chose qui me frappa énormément à ce moment, c’est la taille des chiens,  des nomades du Sud Caucase. C’était de vrais Ours ! Enormes ! Je n’avais jamais vu de chiens aussi gros que cela ! Par la suite, j’appris que c’était des chiens pour tuer ou éloigner les loups des steppes.
Bref, on traversa Tabriz, et on arriva à Téhéran vers les 10/11 h du mat, lorsque je vis cela:teheran_arc

Les portes de Théhéran.

Posté par Attilus à 23:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 octobre 2007

Théhéran: arrivée.

On débarqua donc à Téhéran, épuisés, hagards, dans un hôtel pour routard, bien sûr.
C’était donc, un matin assez tôt, vers les 7/8 h du mat. A la suite de quelque chose, comme trois jours, trois nuits de bus.
Je partageais une chambre avec un suisse, Il n’y avait pas une chambre avec deux lits, pour mon copain Jean-Pierre et moi! Le suisse était un type très gentil, il retournait dans son pays.
Il me montra de l’opium, qu’il ne pouvait bien sûr ramener dans son pays, et qu’il me proposa.
Je n’arrivai pas à dormir, je bouffais donc, toute sa boulette d’opium; et comme je n’arrivais toujours pas à trouver le sommeil, je partis visiter Téhéran !

turquiepop_copie3Iran_1

Posté par Attilus à 21:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]